Flash info

L'activité 2017 de l'industrie ferroviaire en ligne
_

Créer un PDF Recommander Imprimer

Position de la Fédération des Industries Ferroviaires suite aux propositions du rapport Spinetta sur l’avenir du transport ferroviaire.

16/02/2018

Levallois-Perret, le 16 février 2018


RAPPORT SPINETTA … EN ATTENDANT LE RESEAU INTELLIGENT


La Fédération des industries ferroviaires a pris connaissance avec un grand intérêt des propositions du rapport Spinetta sur l’avenir du transport ferroviaire. Celles-ci lui paraissent aller dans le sens du retour à un modèle économique viable susceptible de favoriser un redressement durable de ce mode de transport et de la filière industrielle sur laquelle il repose.

L’ouverture à la concurrence dans le transport intérieur de voyageurs prévue par la réglementation européenne va dans le sens d’un renouvellement et d’un élargissement des services de transport attendus par l’ensemble des français.

La filialisation du fret ferroviaire de la SNCF ne peut qu’être favorable à l’augmentation de l’activité et à l’amélioration des performances dans ce secteur ouvert à la concurrence depuis 2007, mais longtemps victime d’une politique d’attrition qui l’a largement dévitalisé.

La poursuite de la régénération des infrastructures existantes est indispensable au redressement des performances du mode ferroviaire et plus particulièrement des « trains du quotidien » attendu par la population. Cette régénération ne saurait cependant se limiter à une simple maintenance de l’existant, mais passe également par une profonde modernisation, notamment du système d’exploitation du réseau. Seul le réseau 4.0, intelligent et entièrement digitalisé, permettra une amélioration très significative des performances du transport ferroviaire. La FIF et la filière industrielle qu’elle représente, fortes de leur expérience en matière d’innovation et de développement à l’international, sont aujourd’hui forces de propositions, dans le cadre de partenariats avec SNCF Réseau, pour contribuer à cette modernisation.

La FIF a pris position depuis longtemps en faveur d’un désendettement du système ferroviaire français, à l’instar de celui qui est intervenu en Allemagne il y a plus de 20 ans, Il bénéficiera à sa relance et à un regain de compétitivité dans un environnement concurrentiel intermodal marqué par de profonds bouleversements technologiques.

La réflexion sur les dimensions du réseau ferroviaire national doit être menée en faisant la part entre ce qui est devenu incontestablement obsolète et ce qui peut être revitalisé dans le cadre d’un aménagement équilibré du territoire par une approche nouvelle, et en s’appuyant sur une réflexion pluraliste, prenant en compte le point de vue des nouveaux opérateurs, des régions AOT et de l’Industrie.

Le Ferroviaire n’est pas un mode de transport du passé dont il conviendrait simplement de gérer le repli en bon ordre. Bien au contraire, c’est un transport de masse en profonde mutation, indispensable pour gérer les flux de transport générés par les grandes agglomérations, et adapté à la transition écologique et énergétique. La digitalisation en cours lui donne des atouts nouveaux qui peuvent renouveler profondément l’économie du secteur comme les services qu’il est en mesure d’offrir.


A propos de la FIF

La FIF rassemble 275 entreprises et représente l´ensemble des activités de l´industrie ferroviaire : des constructeurs de matériel roulant aux ingénieries en passant par les équipementiers ferroviaires, les industriels de la voie et de la signalisation, le design ou encore les essais, c´est toute la chaîne industrielle ferroviaire qui est présente au sein de la FIF.

Pour de plus amples renseignements : www.industrie-ferroviaire.fr

Contact presse: Jean-Pierre AUDOUX – jpaudoux@fif.asso.fr – +33 (0)1 55 63 83 60